Après la réalisation de son premier court-métrage Rêve automnal (Prix du Jury au festival Ciné en herbe) en 2007, Lauranne Simpere rejoint pendant plusieurs semaines l’équipe d’organisation du festival international du microcinéma à Montréal (Kino00).

De retour en France, elle co-fonde la cellule Volkino à Clermont-Ferrand et participe à la création de dizaines de courts métrages auto-financés, avec l'esprit Kino  des passionnés du microcinéma : « Faire bien avec rien, faire mieux avec peu, mais le faire maintenant. » 

Après un BTS Métiers de l'audiovisuel en montage et post-production, Lauranne intègre différentes entreprises de production audiovisuelle à Paris et à Clermont-Ferrand (Vision Internationale, d'Home prod., AMC2...) avant de s’installer à Bordeaux.

En 2011, elle collabore avec les artistes et techniciens du Collectif Douze films productions pour réaliser leur projet commun : créer, communiquer, transmettre des idées et des idéaux, relier grâce au cinéma les différentes générations et les populations. Elle s'inspire des raisonnements de l’Éducation Populaire afin de proposer des projets de créations collectives et s'engage activement pour l'accès au cinéma auprès de publics diversifiés (MJC, Maisons de quartiers, EHPAD, PJJ...).

En octobre 2015, coproduite par ArteFact et Douze Films Productions, elle crée l'exposition Par eux... Vers d'autres où elle présente plusieurs de ses travaux réalisés au Brésil, en Palestine et au Cap Vert. En collaboration avec l'artiste nantaise Charlotte Richard, elles construiront une installation scénographique qui servira de décor à ses travaux.

L'exposition voit le jour à la galerie Triptÿque (33) à l'automne 2015, et sera ensuite présentée dans plusieurs départements de la Nouvelle-Aquitaine.

Parallèlement, elle suit des Résidences artistiques et des projets de scénographie audiovisuelle dans plusieurs Compagnies de spectacle vivant. En 2016, elle coécrit avec la chorégraphe Marie Zawada le spectacle Stockholm, produit par la Compagnie À Vous d'Voir (75). Cette mise en scène sur le syndrome de Stockholm est interprétée par deux danseurs en interaction avec des films projetés en vidéo mapping sur des cubes en mouvement.

 

​En 2017, Lauranne devient coordinatrice artistique du Collectif Douze Films, qui se consacre désormais entièrement à l’éducation par l’image et à leur Laboratoire d’expérimentation, espace d'expression artistique permettant aux artistes et aux techniciens de l’association de travailler et produire des œuvres ensemble. L’année suivante, elle repart au Brésil pour rejoindre le projet Cine Liberdade, mené par Cinema No Interior, et accompagne une équipe de tournage locale dans un projet de sensibilisation à l’art et au cinéma dans une unité de détention pour mineurs dans le Nordeste du pays. Elle participe alors à la co-réalisation d’un documentaire sur le projet avec Mont Serrat Filmes, en partenariat avec Douze Films.

 

Entre 2020 et 2021, Lauranne réalise le court-métrage Héritières, produit par Douze Films. Le film est achevé en novembre 2021, et entame son parcours dans les festivals nationaux et internationaux.